Lectures·Littérature contemporaine

L’appel du Coucou

lappel_du_coucou

Titre : L’appel du Coucou, une enquête de Cormoran Strike

Auteur : Robert Galbraith

Traduction : traduit de l’anglais par François Rosso

Collection : Le livre de poche

Editeur : Grasset & Flasquelle

Prix : 8,30 euros

            J’ai enfin fini ce livre. Je me souviens l’avoir acheté en décembre et l’avoir commencé en janvier faute de temps. Ma lecture aura donc duré 6 mois. Cela me chagrine un peu étant donné que je suis fan de cette auteure et qu’Une place à prendre (oui, un livre autre qu’Harry Potter sinon ce n’est pas du jeu) a été dévoré en 3 ou 4 jours.

Résumé :

            Lorsque le célèbre mannequin Lula Landry est trouvée morte, défenestrée, dans un quartier chic londonien, l’affaire est vite classée. Suicide.  Jusqu’au jour où John Bristow, le frère de la victime, frappe à la porte du détective privé Cormoran Strike. Cet ex-lieutenant de l’armée, revenu d’Afghanistan amputé d’une jambe, est au bord du rouleau : sa carrière de détective est au point mort et sa vie privée, un naufrage. Aidé par une jeune intérimaire finaude, virtuose de l’Internet, il reprend l’enquête. De boîtes de nuit branchées en palaces pour rock stars, Strike va passer de l’autre côté du miroir glamour de la mode et du people pour plonger dans un gouffre de secrets, de trahisons, de manœuvres inspirées par la vengeance.

Mon avis :

            J’avais déjà entendu parler du fait que J.K Rowling avait écrit deux romans policiers mais je n’avais pas cherché à en savoir plus. Et un jour que je me baladais en librairie, j’ai vu ce livre et je me suis laissé tenter. Commencer à entrer dans l’univers du policier par l’auteur qui m’a fait aimer la lecture et trouver mon identité « genresque » et littéraire était une aubaine !

            Le résumé annonçait un roman policier assez simple, dans les lignes du genre. Je m’attendais donc à quelque chose de construit et surtout surprenant.  Mais au final, j’avoue ne pas vraiment l’avoir été. Certes, la fin est quelque peu surprenante et l’intrigue est bien ficelée. On sent une construction dans le sens où tous les éléments se rejoignent, ont leur place et leur utilité. Certaines paroles ou faits ne sont pas à cette partie du roman pour rien. C’est ce que j’aime chez cette auteure, l’aspect structurel et pensé de ses œuvres. Mais d’un autre côté, on perd une certaine spontanéité dans la lecture et elle est moins fluide du moment qu’on s’en aperçoit.

            Passons ce point négatif et revenons en positif, parce que oui, j’ai eu plus de pensées positives sur cette œuvre malgré la petite déception. J’en attendais peut-être beaucoup de cette lecture. Les personnages. Cormoran Strike, ancien militaire ayant conservé des séquelles des guerres, dont la vie ne fait que basculer dans l’ombre jusqu’au moment où une enquête va le ramener sur le devant de la scène. Bien sûr, un détective privé n’est jamais seul. Comme Sherlock Holmes et Watson, Robin est là pour veiller au grain. Jeune secrétaire arrivée par intérim et qui n’est pas destinée à rester va mettre de l’ordre dans le travail de Cormoran et lui sera une aide précieuse, même si aux premiers abords on croirait que non.

Bref. On prend plaisir à suivre le quotidien trépidant de ces deux personnages et de voir leur relation évoluer. J’avoue vouloir lire la suite en grande partie pour ça. Le côté policier n’est pas ma priorité, sûrement parce que je ne suis pas fan de ce genre. C’est pour ça que j’avoue avoir été déçue de ce roman, le policier n’est tout bonnement pas ma tasse de thé. Je ne sais pas si je me repencherai sur ce genre de sitôt, il faut peut-être que je persévère.

            Sinon c’est une œuvre que je conseille aux gens qui veulent faire leur entrée dans ce genre (même si, je sais, ce n’est pas forcément le net ultra du policier pour commencer). Pourquoi ? Tout simplement parce qu’elle est simple, contient les éléments du genre, sans trop de stéréotypes. L’apport social au niveau des personnages est plaisant également. Il permet de ne pas rester dans l’enquête pure et dure et de se forger une idée, voire s’identifier à un personnage. J’ai beaucoup aimé le personnage de Robin et j’avoue m’être transportée à travers elle. Je pense que c’est principalement LA chose qui me fera acheter et lire le Ver à Soie.

Citation :

« Si Strike avait prié Robin de rechercher sur Internet les papiers sur Lula Landry, c’était surtout à défaut d’autre travail à lui confier. Elle avait déjà pris contact avec Derrick Wilson, le portier-vigile de l’immeuble de Mayfair, et arrangé un rendez-vous avec Strike pour vendredi à trois heures, dans un café de Brixton, le Phoenix Cafe. Le courrier du matin ne consistait qu’en deux circulaires et une mise en demeure. Personne n’avait téléphoné, et elle avait déjà rangé tout ce qui pouvait l’être, par ordre alphabétique, par type ou par couleur. »

Publicités

2 réflexions au sujet de « L’appel du Coucou »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s