Lectures·Littérature contemporaine

[Critique] Chronique du soupir, Mathieu Gaborit

franceloisirs05730-2012

Titre : Chronique du soupir

Auteur : Mathieu Gaborit

Editeur : PRE AU CLERC

Collection : /

Prix : /

 

     Après de bonnes vacances remplies de nombreuses lectures je reviens vous en parler ! On va commencer par Chronique du soupir de Mathieu Gaborit, un one-shot fantasy. Je ne connaissais pas cet auteur. C’est une amie qui m’a proposé cette lecture. Elle l’avait trouvé un peu spécial et ne savait pas trop si elle avait apprécié ou non. Alors j’ai tenté ma chance et j’ai bien fait.

     Mathieu Gaborit est un célèbre auteur français de fantasy. Il est d’abord auteur de scénarios et de jeux de rôles avant de se lancer dans les romans. On compte, entre autres, Les chroniques crépusculaires en 1995 son premier gros succès, Le cycle des ombres, Les chroniques de Féas.

Résumé :

     Lilas, une naine flamboyante, a choisi de prendre sa retraite de chef de la garde du palais de la Haute Fée pour ouvrir une auberge au bord de la mer, à l’endroit même où Frêne, son époux, s’est « ancré » pour l’éternité.

     Entourée de quelques amis et de son amant Errence, un elfe, elle mène une existence un peu trop paisible à son goût. Alors qu’elle s’interroge avec angoisse sur son devenir, son fils Saule, pourchassé par un groupe de miliciens au service de la Haute Fée, fait irruption dans l’auberge. Il serre dans ses bras une jeune fille de seize ans, Brune, qui est à l’agonie. Après quelques heures d’hésitation, et bien que pressentant l’immense danger qui émane de façon indicible de la personnalité de Brune, Lilas décide de les protéger envers et contre tous.

     Dans un monde dominé par les fées, nains, elfes et sirènes affrontent leur destin. Arriveront-ils à conquérir leur liberté ? C’est tout l’enjeu de leur quête.

Source : babelio

     J’ai adoré le principe et le monde que l’auteur a mis en place : une fée remplace le cœur, le souffle est une source inépuisable de pouvoir et d’espoir, l’Ancrage est comme une consécration et une renaissance. Cependant, il faut un peu de temps pour bien comprendre le principe puisque l’intrigue commence immédiatement. On se demande qui sont ces nains et ces elfes, ensuite ces sirènes qui vivent ensemble et qui ont besoin de souffle pour survivre. On se demande que sont les renégates et quelles rôles elles jouent. Beaucoup de questions se posent à la lecture de l’œuvre, mais j’ai apprécié le fait que tout cela se délie au fur et à mesure. L’auteur nous dévoile les mystères de ce monde au goutte à goutte et à des moments choisis. Même si l’on est perdu, on a qu’une seule envie : continuer à lire pour savoir qui est Brune et qu’est-ce qu’il adviendra d’eux ?

     Commençons par ce personnage si énigmatique. Qui est-elle ? Pourquoi est-elle différente ? Pourquoi Saule l’a-t-il enlevé et s’est axé sur elle ? Elle est fragile, entourée de mystère et crée le chaos autour d’elle. Une renégate qui met en danger tous les personnages qui veulent à tout prix la sauver. Je crois bien que c’est le seul personnage que j’ai apprécié.

Contrairement à Brune, le personnage de Lilas, attendrissante au début, et se révélant manipulatrice et égoïste ; ou Errence, personnage potentiellement important mais qui disparaît et qui fait seulement acte de présence et on ne sait pourquoi. J’ai eu comme l’impression d’une envie de vouloir se débarrasser de certains personnages rapidement car ils devenaient gênants dans le fil de l’histoire. Ne reste que la famille et la renégate. Une sorte de cocon familiale que Lilas ne souhaite pas voir brisé, un cocon marqué par le manque.

Plus tard, le comportement de Lilas est expliqué (mais pas pardonné). Tout ce qu’elle souhaitait c’était protéger son fils alors qu’elle avait déjà perdu son mari à cause de l’ancrage. Mais Errence alors ? Le nouveau compagnon qui était censé l’accompagner le reste de sa vie. Un personnage relégué au second plan et presque inutile le reste de l’œuvre. Un attachement superficiel la lie à lui, comme si ce n’était qu’un pauvre remplaçant et outil pour trouver le moyen de récupérer son mari ? Mais  l’amour dans tout ça ? Une épouse fidèle à son « défunt » mari qui ne peut l’oublier malgré ses efforts de reconstruction.

Par ailleurs, je trouve le style de l’auteur « unique ». Directement, il capte l’attention, le mystère est d’ores et déjà mis en place, on a envie de savoir. Il possède son propre rythme, son propre pouvoir de projection dans le monde qu’il invente de toute pièces. « Les incarnés s’ébrouent et s’écoulent  de chaque côté du bassin, épaules tassées et gueules inclinée. Leur marche résolue ressemble à celle de petits chefs qui écument les Bas-Côtés. Leur nudité glace le cœur de Lilas : vision contre nature d’une peau fraîche et délicate, semblable à celle d’un nourrisson, tendue comme un tissu sur une musculature hypertrophiée. Les veines noires et gonflées ne cessent de s’épaissir pour former un maillage sur le corps tout entier. » Une plume dessinant des images, créant un rythme et ensorcelant le lecteur.

Finalement, on apprend qui est Brune et le voile s’écarte pour laisser place à la surprise. Son importance et son pouvoir, le brusque changement d’attitude de Lilas, une sorte de Happy End en somme. Quelque chose dont on ne s’y attendait pas et qui constitue, encore une fois, tout le charme de l’œuvre de Mathieu Gaborit.

Je recommande vivement la lecture de Chronique du soupir, roman qui m’a permis de découvrir un auteur que je souhaite continuer à découvrir à travers d’autres œuvres.

Publicités

3 réflexions au sujet de « [Critique] Chronique du soupir, Mathieu Gaborit »

    1. Merci beaucoup, ça me fait plaisir que ma chronique t’ait plu 🙂
      Je pense continuer sur les Chroniques crépusculaires, histoire d’avoir quelque chose de plus long pour prolonger le moment.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s