Lectures·Littérature contemporaine

[Critique] Central Park, Guillaume Musso

9782266258487

Titre : Central Park

Auteur : Guillaume Musso

Traducteur : /

Editeur : Pocket

Collection : Romans Français

Prix : 7,90 euros

 

Qui n’a jamais entendu parler de Guillaume Musso ? Autant j’ai pu lire des avis très positifs, voire élogieux, autant j’en ai pu lire de mauvais. Alors que je me baladais en librairie, je l’ai aperçu, bien en vue sur les étals et je me suis dit « pourquoi pas ? ». Curieuse comme je suis je me suis toujours dis que j’essayerai une de ses œuvres. Alors je me suis lancée dans la lecture de Central Park.

 

Résumé :

Alice et Gabriel n’ont aucun souvenir de la nuit dernière…
… pourtant, ils ne sont pas près de l’oublier.

New York, huit heures du matin.
Alice, jeune flic parisienne, et Gabriel, pianiste de jazz américain, se réveillent menottés l’un à l’autre sur un banc de Central Park.
Ils ne se connaissent pas et n’ont aucun souvenir de leur rencontre. La veille au soir, Alice faisait la fête avec ses copines sur les Champs-Élysées tandis que Gabriel jouait du piano dans un club de Dublin.
Impossible ? Et pourtant…

Source : pocket.fr

 

Je ne peux nier le fait que l’énorme succès qui entoure cet auteur m’a quelque peu rebuté. C’est pourquoi je ne m’étais jamais vraiment intéressée à ce qu’il pouvait écrire jusque maintenant. J’ai toujours été curieuse, mais une œuvre ou un auteur aussi médiatisé et adulé ne fait que me faire reculer, j’avoue.

Mais Central Park a été un de mes coups de cœur de l’été (au total j’en ai eu 2). L’écriture fluide et possédant son propre rythme nous fait décoller directement. Elle est « simple » mais efficace et donc facile à lire. Le plus important, c’est l’intrigue et cela se sent. Cependant, ça n’a pas été une barrière pour moi puisque je me suis vite appropriée les lieux, ce parc rempli de forêt, une jeune fille qui se réveille menottée à un homme qu’elle ne connait pas, Gabriel et qui dit être un musicien. S’ensuit ensuite une grande épopée pour retrouver décence et équilibre.

L’œuvre prend la forme d’une enquête dont le principal protagoniste est Alice. Pendant une bonne partie de la lecture, je me suis cru dans un roman policier tant les méthodes pour relever les indices et les « systèmes D » pour comprendre cette situation prennent de l’ampleur. La fuite se transforme en enquête qui plus tard, devient une suite de révélations aussi surprenantes les unes que les autres.

Alice et Gabriel, entourés de leurs collègues et amis, tentent de comprendre ce qui leur est arrivé. Ils tentent à tout prix de déceler ce mystère qui rejoint rapidement une autre intrigue beaucoup plus atroce et révélant une partie du passé d’Alice. Un personnage agaçant dans sa façon d’être de parler, un personnage que l’on aurait envie de frapper et de sermonner pour ses comportements entêtants, mais un personnage qui devient touchant et pour lequel on s’attache ensuite.

Gabriel quant à lui, est un personnage que j’ai trouvé mystérieux et secret. Comme si  la sincérité n’était pas son point fort. Un personnage qui ne me semblait ni noble, ni juste. Le doute se trame tout le long de l’œuvre mais peut laisser planer le doute au fur et à mesure de la découverte de la relation qui se forme à travers la connaissance de l’un et de l’autre. On se prendrait même à croire à cette histoire, un Gabriel humble et agréable.

Et c’est ce qui semble être le cas quand on arrive à la fin, aussi surprenante qu’improbable. Une larme versée confirme la surprise et l’attachement que j’ai pu éprouver pour Alice ensuite. Une chute inévitable que l’auteur fait traîner pendant un moment, laissant doucement s’effacer l’intrigue policière pour la romance.

Je suis contente d’avoir fait le choix de lire cette œuvre et je continuerai sûrement dans cette voix pour découvrir d’autres histoires aussi belles que celle-ci.

Publicités

7 réflexions au sujet de « [Critique] Central Park, Guillaume Musso »

    1. Je suis contente si mon article t’a donné envie de lire l’oeuvre. Tu passeras vraiment un bon moment 🙂 Ca se lit bien, il y a du rythme et beaucoup d’émotions vers la fin (pour petit coeur d’artichaud en tout cas ah ah)

      Aimé par 1 personne

  1. Je crois que les critiques négatives viennent souvent de ceux qui ont lu beaucoup de ses livres car c’est toujours un peu la même recette, d’après une amie bibliothécaire « Musso quand t’en as lu un tu les a tous lu » personnellement j’en ai lu 2 que j’ai beaucoup aimé!

    J'aime

    1. Oui, c’est ce que j’ai entendu aussi ! Après, c’est peut-être son style et le genre qui restent les mêmes. Mais les histoires, elles changent et l’intrigue est différente chaque fois. Enfin, je préfère continuer et me faire mon avis aussi 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s