Interview

[Interview] Florent Marotta auteur de Yzé et le palimpseste

Bonjour !

       Je reviens aujourd’hui pour inaugurer une toute nouvelle catégorie : les interviews. Dans cette catégorie, je poserai des questions à des auteurs sur leur oeuvre, le processus d’écriture ; j’interrogerai aussi des personnes dans le monde du livre, etc.

On commence par un auteur que j’ai connu par Twitter et dont j’ai fais la critique il y a quelques mois : Florent Marotta. Une personne adorable, talentueuse et très disponible. Je le remercie encore d’avoir bien voulu répondre à mes questions.

banniere

       Pouvez-vous vous présenter ? 

Alors je suis un jeune quadra, père de trois enfants. J’habite dans la Loire. Après avoir beaucoup voyagé en France ou ailleurs je suis revenu dans mon département de naissance.

 Pouvez-vous dire quelques mots sur votre roman ?

Je vous remercie de me donner l’occasion d’en parler, d’autant plus qu’il est sorti depuis environ un mois maintenant. La saga d’Yzé est mon projet le plus ambitieux puisque je prévois au moins quatre tomes. L’histoire est complexe, beaucoup d’indices se cachent dans le premier tome Yzé et le palimpseste. C’est une histoire de lutte, d’espoir et peut-être aussi à travers les différentes factions une petite critique de la société. Mais je veux avant tout que ce soit un bon divertissement.

 Comment vous est venue la passion pour l’écriture ?

Grâce à la lecture d’abord et aussi aux jeux de rôle. J’ai toujours aimé le jeu de rôle papier et cela forge l’envie d’écrire, de créer. Je me suis mis à écrire de petites histoires et je me suis découvert une passion, voire un besoin.

Pourquoi aimez-vous écrire ? 

J’aime écrire, enfin raconter des histoires car bien souvent l’acte d’écrire est difficile. Ce qui me motive, c’est l’histoire et cette envie de raconter et d’être lu.

Pouvez-vous nous donner quelques détails sur votre méthode d’écriture ? Combien de temps cela vous prend-t-il d’écrire une oeuvre ?

Alors moi je suis un planificateur. C’est à dire que j’aime planifier mon histoire. James Patterson par exemple est un féru d’outline. C’est nécessaire pour moi. Bon parfois les choses changent en cours de route mais j’ai la plupart de la feuille de route. Tout cela nécessite un gros travail de préparation.

Je mets en gros 6 mois pour écrire un livre quand je n’ai pas à travailler sur les précédents pour une édition.
Quelles sont les difficultés que vous rencontrez le plus souvent ? Comment faites-vous pour les surmonter ?
Le temps bien souvent. La feuille blanche ne m’arrive presque jamais puisque je travaille beaucoup en amont. Pour le temps il m’en manque toujours mais je fais tout pour y remédier. quand je suis dans l’écriture d’un roman j’écris dès que je peux. A la pause au boulot, le soir, n’importe où. En réalité nous avons souvent du temps perdu ou alors nous faisons des choses sans valeur. Il faut juste les traquer et les éliminer. Ensuite vous aurez le temps d’écrire.
Vous avez réussi à créer tout un monde autour de vos personnages. Comment-cela vous est-il venu ? 
Je vais vous décevoir car je ne me souviens plus de quand ni comment l’idée m’est venue. Pour la bonne raison que cela fait plusieurs années que je mûris cette saga. J’ai ajouté des éléments les uns aux autres au fur et à mesure. J’avais l’idée des différents groupes de magie avec pour base ce conflit un peu à la Roméo et Juliette. Ensuite j’ai différencié leur magie, mais cela s’est fait comme ça.
Pour le monde je le souhaitais proche du nôtre. Donc ce fut plutôt facile en prenant notre monde contemporain pour base mâtiné de dystopie.
On dit qu’un auteur doit savoir observer et s’inspirer du monde qui l’entoure. Est-ce le cas ? 
Oui je le pense. Peut-être qu’avec la fantasy cependant c’est un peu moins vrai que dans le thriller, encore que. L’observation des gens pour les comportements et les attitudes est évidemment quelque chose dont on se sert.
Selon vous, quel est le plus « facile » à écrire : une nouvelle ou un roman ? Pourquoi d’après vous ?
J’ai écrit plusieurs nouvelles dont j’ai d’ailleurs fait un recueil. Honnêtement pour moi le processus est le même, mais je trouve la nouvelle un peu plus contraignante. Moi qui aime bien m’étaler, c’est dur. Terry Pratchett disait qu’il suait sang et eau pour écrire des nouvelles. Nous pouvons le croire.
Un mot de la fin, un conseil ?
Un mot. Merci de m’avoir donné la parole.
Un conseil ? Pas vraiment. Si vous êtes lecteurs merci de me lire et de me suivre depuis toutes ces pages. Si vous êtes aspirant écrivain alors gardez le cap, persévérez cela en vaut la peine.
            Merci à lui pour ces réponses. Si vous souhaitez découvrir son oeuvre, Yzé et le palimpseste est publié chez Taurnada éditions, comme les autres de ces romans et nouvelles.
N’hésitez pas à me dire si vous appréciez en commentaires 😉

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s